Avertir le modérateur

30/04/2008

Comment faire quand des rumeurs circulent sur Internet ?

 En préambule et pour faire taire tous les fâcheux, nous tenons à signaler une nouvelle fois que nous ne sommes membres d'aucune association spirituelle, religieuse, sectaire ou anti-sectaire.

Nous intervenons en tant que citoyens ayant un esprit critique, héritiers de ceux qui, comme Voltaire, se sont battus contre toute inquisition.

C'est dans cet état d'esprit que l'association « LA RUMEUR TUE » a décidé de publier l'information suivante :

CAP CONSCIENCE organise un congrès :

 

Spiritualités et Thérapies, quelles lois nous protègent ?

Samedi 17 mai 2008 de 14 heures à 19 heures

10, rue de la Vacquerie – 75011 PARIS

 

Thèmes entre autres : Comment faire quand des rumeurs circulent sur Internet ?

Quoi faire face aux fausses allégations des associations anti-sectes.

Des avocats et des juristes seront présents pour répondre à vos questions.


Ces informations sont extraites du site du CAP (Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience)

http://www.coordiap.com/


Nous rappelons aux ADFI qui dénonce CAP CONSCIENCE comme un mouvement sectaire : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. » Cette clause est stipulée dans nos statuts.

Donc pas d'amalgame ni de mauvais esprit SVP.

 

Maria PAOLETTI

6 BONNES RAISONS DE NE CAUTIONNER LE RAPPORT DE LA MIVILUDES

 

Voici les raisons pour lesquelles nous sommes contre la validation du rapport de la MILVILUDES

 

 

  • la différence entre une secte, une philosophie, une religion, un mouvement déviant n'est pas explicite.

 

  • Aucune étude réelle et sérieuse n’est présentée sur le nombre de familles et d’enfants embrigadés,

 

  • Aucune statistique n’apparaît concernant les familles ou les enfants qui ont quitté ces mouvements après les interventions des associations anti-sectes.

 

  • Le rapport ne comporte aucun bilan ou témoignage de familles touchées par ce phénomène ayant reçu des aides financières de la part de ces associations afin d'entreprendre des actions d'ordre psychologique ou pédagogique.

 

  • Il n'est pas normal que les subventions touchées par ces associations anti-sectes soient employées aux fins des frais de justice pour des fautes commises par ces associations. (Il semble s’agir là, d’abus de bien sociaux.)

 

  • Les auditions des personnes, ou des groupes accusés, pour s'expliquer de leurs escroqueries, manipulations, et autres crimes ne sont pas rapportées.

 

Conclusion : Une autre commission concernant les sectes est prévue. Il est souhaitable que d'autres associations et d'autres spécialistes de cette question soient consultés.

 

Pour une question d’éthique, il serait normal que les personnes soupçonnées d'appartenir à une secte ou à un mouvement déviant soient aussi entendues par la Commission Parlementaire.

 

Nous attirons votre attention sur le fait que ces personnes sont des citoyens comme tant d'autres : elles votent, travaillent, font des enfants, payent des impôts, donc ces personnes possèdent tous les ingrédients pour une parfaite intégration dans la société.

 

 

 

M. PAOLETTI

23/04/2008

ELLE AUSSI AURAIT PU ETRE VICTIME

 ELLE AUSSI AURAIT PU ETRE VICTIME

L'association « La Rumeur Tue » attends toujours la suite des conclusions du rapport de la Cour des Comptes sur la MIVILUDES et l'UNADFI.

 

Il est urgent que les pouvoirs publics et les citoyens se rendent compte que toutes les structures qui ne sont pas subventionnées ou agrées par l'Etat ne sont pas des sectes ni n’appartiennent à des mouvements déviants.

L'argent n'est pas une caractéristique de secte.

Depuis des siècles l'argent est le « nerf de la guerre » de toutes actions.

D'ailleurs je vais vous citer l’exemple de la ville de Lourdes, inconnue jusqu'à ce que la Vierge Marie apparaisse au moins dix huit fois à Bernadette SOUBIROUS.

Sur la Voix du Nord du 22 mars 2008, Anne BERNET, historienne, auteure d'une biographie de Bernadette SOUBIROUS chez PERRIN répond aux questions des journalistes :

 

Pourquoi une nouvelle biographie de Bernadette SOUBIROUS ?

« Les 150 ans des apparitions étaient une bonne occasion. Il y a déjà de très nombreux livres sur Bernadette, mais là, j'ai voulu écrire un ouvrage historique à la portée de tous. Il ne s'agit ni d'une hagiographie (la vie d'un saint), ni d'un ouvrage universitaire ».

En quoi le personnage vous a-t-il fasciné ?

« Bernadette est fascinante parce qu'elle prend complètement à contrepied la société de son temps, celle du Second Empire, en plein boom économique, où l'argent devient une valeur centrale. Bernadette, elle, est une petite paysanne qui appartient au bas prolétariat. Son père est misérable, il a fait de la prison. Sa mère a la réputation d'être alcoolique. Bernadette est inculte, ne parle pas français. Elle apparaît complètement à contre-emploi. Des religieux se sont étonnés à l'époque que la Vierge se soit adressée à une paysanne inclute et grossière plutôt qu'à une jeune femme de bonne société ! ».

Elle n'était pas une sainte crédible ?

« Les premiers mois, on la soupçonne carrément d'escroquerie. Elle est arrêtée à 14 ans et placée en garde à vue. On la menace de la prison, comme son père. Mais son honnêteté est désarmante. Les médecins les plus sceptiques, les plus rationnalistes, sont finalement convaincus de sa bonne foi. Et elle devient très crédible ».

Elle devient même gênante ?

« Sa popularité devient très vite énorme. On la prend en photo, elle suscite la curiosité du public. Le clergé d'alors n'y est pas du tout habitué. Et puis elle grandit. Imaginer Bernadette mariée, avec des enfants était impossible. Comme elle devient de plus en plus ingérable, il faut la placer en dehors du monde. C'est pour cela qu'elle intègre la communauté des Filles de la Charité, à Nevers, où elle finira ses jours, malade de la tuberculoise. ».

Quel regard portez-vous sur LOURDES aujourd'hui ?

« Le vrai héritage de Bernadette n'est pas forcément à rechercher dans ce qui se fait à Lourdes. Il est plus dans le dépouillement, le refus de la richesse et du paraître. Sans remettre en cause la piété des foules, je n'adhère pas vraiment à l'exploitation de Bernadette qui est faite à LOURDES ».

Le comportement de Bernadette SOUBIROUS ferait réagir Charline DELPORTE qui voudrait la brûler immédiatement.

 

Mon analyse, est que notre société n'a pas évoluée. Pourtant il faudra que nos dirigeants devront évoluer pour suivre une société de plus en plus créative, mais fragile psychologiquement par manque d'expression et de reconnaissance des talents.

 

 

LOURDES : un MIRACLE ECONOMIQUE :

A côté de la grosse soixantaine de guérisons qualifiées de « miraculeuses » par l'Eglise et qui ont fait la réputation de Lourdes à travers le monde depuis 1858, la ville pyrénéenne affiche un autre miracle économique celui-là.

Avant les apparitions de Bernadette SOUBIROUS, LOURDES n'est qu'un modeste bourg agricole, avec une petite activité thermale.

Les pèlerinages et le culte à la Vierge Marie, qui sont s'y développer font très vite évoluer la situation. Lieu de pèlerinage de dimension internationale, Lourdes accueille aujour'dhui 5 à 6 millions de visiteurs par an. Pour ce 150ème anniversaire des apparitions, ou en prévoit même 8 millions !

Cet afflux gigantesque a fait de la petite cité de 16 000 habitants le troisième pôle hôtelier de France derrière Paris et Nice, avec près de 250 hôtels.

Parallèlement à l'activité d'hôtellerie-restauration, les commerces de souvenirs pieux en tous genres – y compris celui d'eau de la grotte des miracles – ont fleuri par dizaines.

La venue programmée du Pape Benoït XVI en septembre promet encore de beaux jours à l'économie locale.

Mes réflexions :

Cet événement va rassembler des millions de personnes qui viendront en quête de miracles qui se reproduiront (…) ou pas. N'est-ce pas là un lieu où ont peu considérer que des milliers d'escroqueries se produisent quotidiennement sous l’œil approbateur de nos légistes et de ces associations anti-sectes.

Que penseraient les associations anti-sectes d'une Bernadette SOUBIROUS, misérable et inculte ? Il faudrait l'enfermer ?

La vision des dirigeants de ces associations a reculé de 500 ans !

Il y a urgence de mettre au centre des débats la définition d'une secte et quelle place la religion doit-elle prendre dans notre société sans bafouer les droits de l'homme de notre constitution.

 

M. PAOLETTI

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu