Avertir le modérateur

29/05/2008

LA TRAITE DES BLANCHES JUIVES "LA RUMEUR TUE" EDGAR MORIN

 Suite à la note du 12 avril 2008, archivée, sur ce même blog,  nous avions publié une page du livre « la rumeur d'Orléans » d'Edgard MORIN

Nous publions un autre extrait de ce même livre

LA TRAITE DES BLANCHES JUIVES (Page 19)

 

La rumeur d'Orléans n'est pas pour autant la première rumeur de ce type. Dès 1959, et surtout dans les années récentes, selon l'officier de police, chargé de l'affaire à Orléans et selon les organisations antiracistes, des rumeurs visant des magasins locaux et construites exactement sur le même scénario ont surgi à Paris (magasin « Hit Parade » de la rue Caumartin, boutique féminine du boulevard Saint Michel), à Toulouse, Tours Limoges, Douai, Rouen, Le Mans, Lille, Valenciennes, et, au moment même de l'affaire d'Orléans, Poitiers et Châtellerault. Au mans, en 1968, la chambre syndicale du vêtement de la Sarthe, « émue des propos calomnieux et diffamatoires concernant la disparition de femmes et de jeunes filles, et même de traite des Blanches, qui se seraient soi-disant produites dans différents magasins du commerce local » avec porte plainte. L'information est reproduite dans la presse locale.

A l'exception du Mans et de Rouen, croyons-nous, aucune de ces mini-rumeurs, transmises de bouche à l'oreille, n'avait jusqu'alors émergé au niveau de l'information de presse. Aucune investigation journalistique, sociologique ou policière n'avait été menée sur ces rumeurs. Tout au plus la police, dans les cas qu'elle a recensés, a dû effectuer de rapides enquêtes sur les magasins eux mêmes, pour vérifier une piste de trafic de femmes. On peut donc supposer alors, quau moins l'écrasante majorité des rumeurs provinciales connues ne constitue que la mince couche émergée d'un mythe qui n'est local, ni isolé, ni accidentel, ni même strictement provincial, mais d'extension très largement urbaine et plongeant à d'assez grandes profondeurs dans l'inconscient d'une partie du corps social.

Si les rumeurs locals et les pseudo-informations des mass-média se ramènent toutes exactement au même modèle – disparition de jeunes filles ou jeunes femmes dans les salons d'essayage de magasins dans le vent, piqûre hypnotique et traite des Blanches – le thème du juif est totalement absent dans les mass-media, il n'émerge peut-être pas nécessairement à Paris (nous disons peut-être vu l'extrême pauvreté de notre information), alors que presque toutes les rumeurs provinciales concernent les commerçants juifs.

Ainsi tout se passe comme si nous avions affaire à un mythe à deux étages ; le premier est commun aux masse-media (comme l'article de Noir et Blanc) et les pseudo-phénomènes dont font état les rumeurs ne coïncident jamais dans le temps et dans l'espace : l'information des mass-media se situe ailleurs, et auparavant ; l'information de la rumeur se situe hic et nun, ici et maintenant. Mais il y a sans doute une dialectique souterraine, entre l'une et l'autre série, que nourit le même mythe.

 

Le second étage du mythe est spécifique aux rumeurs; c'est un thème virtuellement antisémite s'il ne fait qu'associer un ou des juifs à une activité méprisable – la traite des Blanches, - manifestement antisémite s'il conduit à des réactions ou jugement globalement défavorables aux juifs....

 

Vous saurez la suite de cette histoire en vous procurant le livre « La rumeur d'Orléans » EDGAR MORIN.

 

D'autres extraits sur cette histoire seront publiés sur ce même blog ultérieurement.

 

Bonne lecture...

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu