Avertir le modérateur

28/06/2008

SELON LES CRITERES DE LA MIVILUDES : SOMMES NOUS TOUS DES SECTES? Ou sommes nous sous influence ?

 Mon commentaire sur les « DOULAS »

Beaucoup de mères se sentent perdues et seules face à l'arrivée de leur premier bébé avant et après leur accouchement.

Les mères ont besoin de conseils pratiques et concrets. Elles se sentent perdues, et seules face à l'arrivée de leur premier bébé avant et après leur accouchement. Dans les hôpitaux, les médecins,sages femmes, infirmières sont souvent pressés et ne sont pas à l'écoute des mères par manque de temps. Les conseils qu'ils prodiguent sont souvent d'ordre technique.

Afin de réduire les frais hospitaliers, les gouvernements, socialistes pour l'essentiel, n'ont pas hésité à réduire les jours d'hospitalisation au détriment de la qualité et du suivi médical des patients.

Il faut savoir qu'aujourd'hui pour un accouchement sans problème, la mère reste hospitalisée 3 jours, et, en cas de césarienne, 5 jours.

Ce n'est pas suffisant. Les mères sont très fatiguées par leur accouchement, et l'allaitement ne pourra pas se réaliser par manque de conseils humains, pourtant cet acte est conseillé par tous les spécialistes.

Ce n'est pas étonnant que les mères recherchent un autre confort, elles ne sont pas des numéros...et elles ne sont pas toutes manipulées. Elles sont lucides et elles seules savent ce qui est le mieux pour leur enfant.

Il faudrait que les mères socialement défavorisées puissent aussi avoir accès à leurs services,

Dans certaines situations, la présence des « DOULAS » éviterait la congélation des bébés, et tant d'autres horreurs que la presse ne manque pas de nous rapporter trop souvent, hélas !

Mais un problème plus général se pose : SELON LES CRITERES DE LA MIVILUDES : SOMMES NOUS TOUS DES SECTES? Ou sommes nous sous influence ?

En parcourant l'article du monde daté du 18 juin 2008 différents éléments ont attiré mon attention.

 

Constat de l'Académie Nationale de médecine : Ils sont conscients de :

 

  • la modification de l'offre de soins en périnatalité » avec notamment la fermeture des petites maternités qui a abouti à un « éloignement des structures » non compensé par un renfort de personnel.

 

  • Des progrès médicaux ont engendré « une médicalisation considéré » comme excessive et mal supportée par certaines mères ».

 

  • Enfin, la sortie précoce de maternité « laisse les accouchées souvent seules et désemparées.

 

Conséquences de ces dysfonctionnements au sein du service public :

  • les mères ont dû chercher des solutions par elles mêmes et certaines d'entre elles ont fait appel aux « DOULAS ».

Malgré ce constat accablant, l'académie « sous influence de la MIVILUDES ? » n'hésite pas à remettre en cause cette association soutenue par des professionnels renommés : médecins, pédiatres, obstétriciens, sages femmes, psychologues....

 

Quelles sont les critiques apportées par la l'Académie ?

 

  • Ni sages-femmes ni médecins, ces femmes proposent aux parents un accompagnement non médical du début de la grossesse jusqu'aux suites de couches

  • Services payants

  • Les bénéficiaires de ces prestations sont les couples issus de la classe moyenne ou supérieure vivant en ville"

  • Tout comme les risques de "retard d'hospitalisation", d'"emprise", voire "de déviance plus ou moins sectaire"

Combien de mères ont été accompagnées ?

  • Cent trente-huit naissances auraient été ainsi accompagnées en 2006, parmi lesquelles 34 % auraient eu lieu à domicile.

Mes Réflexions :

J'ai vu différents reportages sur leur travail sur FRANCE 5 « les maternelles » une émission qui est sérieuse et je n'ai rien vu de sectaire.

  • Les couples qui ont fait appel à leurs services semblaient ravis de leurs prestations.

 

Questions à l'Académie de Médecine (sous influence de la MIVILUDES ?):

  • Qui est le commanditaire de ce rapport et qui sont les experts ?
  • Dans ce rapport nous n'avons pas de témoignages de ces couples qui ont bénéficié de ces expériences. Si c'est le cas, ce n'est pas stipulé dans l'article
  • Sur les 138 naissances est-ce que les bébés et les mères se portent bien ?

  • Est-ce qu'une famille a porté plainte contre une « DOULAS » pour la non-assistance à personne en danger ?

  • Est-ce que ces « DOULAS » perturbent l'ordre public ?

  • Qu'en pensent les couples qui ont bénéficié des prestations de ces « DOULAS »

 

L'académie se pose la question : Doit-on tolérer une profession fixant elle-même ses règles ?

Elle met en garde contre toute reconnaissance officielle de la formation et de la fonction des « DOULAS ».

 

L'académie ne leur donne aucune chance, puisque ces savants ne souhaitent pas la reconnaissance de leur statut.

 

Après renseignements pris, ces personnes ont subi une formation de 140 heures au minimum autour de la périnatalité.

 

J'ai appris également, que le Conseil d'Ordre des Saches Femmes ont exclues les «DOULAS » et refusent de leur prodiguer de la formation.

 

Les responsables de l'Association des « DOULAS » demandent au Ministère du Travail et au Ministère de la Santé la reconnaissance de leur statut de « DOULAS »

 

La MIVILUDES a refusé de rencontrer les professionnels ainsi que les adhérents de cette association, malgré leurs demandes réitérées.

 

Pourquoi ne pas les rencontrer et accepter la reconnaissance de ce nouveau métier.

 

Sous quels critères la MIVILUDES suspecte « DOULAS » ?

 

  • Parce que les «DOULAS » sont rémunérées et n'ont pas de diplômes institutionnels

 

Mais ces deux faits ne sont pas synonymes de déviance sectaire et tout travail, mérite salaire.

 

Mais,à propos de diplômes et de légitimité, il n'existe pas de diplôme pour pouvoir s'occuper de sectes, la MILVILUDES est subventionnée– donc rémunérée. La MIVILUDES serait-elle une secte ?

 

LE CRI du journal du Contribuable a attiré notre attention concernant les subventions attribuées à ces associations et juge que cette lutte anti sectes donne lieu à une utilisation pour le moins abusive des fonds publics :  http://www.contribuables.org/

 

- UNADFI en 2005 : 368.373

- CCMM en2001 : 197.572

- CCMM en 2006 : 700.000 par le Premier Ministre

- FECRIS en 2006 : 50.000

 

SOIT UN MONTANT TOTAL 1.316,945 EUROS

 

Ne trouvez-vous pas indécent, le montant EXHORBITANT des subventions de ces organisations en sachant que la sécurité sociale a un déficit actuel de 8,9 milliards d'euros en 2008. (Source le monde du 19/06/08) et les personnes qui souffrent d'une pathologie prises à 100 % par la sécurité sociale, ne sont pas sûres du maintien de cette clause.

 

Je donne une piste de réflexion pour récupérer de l'argent pour combler le déficit de la sécurité sociale :

 

  • Contrôler toutes les associations subventionnées par l'état et demander des comptes certifiées afin de démontrer leur bonne gestion et santé financière.

 

  • Retirons les subventions à toutes celles qui utilisent les finances publiques dans des actions qui ne sont pas stipulées dans leurs statuts,ou qui sont utilisées à des fins personnelles.

 

  • En cas de poursuites judiciaires, nous demandons que les présidents de ces organisations payent eux mêmes les frais de justice quant leur responsabilité est engagée.

 

Je souhaite que le gouvernement laisse les personnes choisir leur praticien.

 

Un agrément de l'Etat n'a jamais protégé les français des sectes. Ce n'est qu'un leurre !. Elles s'infiltrent partout, enfin si on en croit Charline.

 Maria PAOLETTI

Commentaires

BON DEPART

Écrit par : Nina_Tool | 20/09/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu