Avertir le modérateur

28/06/2008

SELON LES CRITERES DE LA MIVILUDES : SOMMES NOUS TOUS DES SECTES? Ou sommes nous sous influence ?

 Mon commentaire sur les « DOULAS »

Beaucoup de mères se sentent perdues et seules face à l'arrivée de leur premier bébé avant et après leur accouchement.

Les mères ont besoin de conseils pratiques et concrets. Elles se sentent perdues, et seules face à l'arrivée de leur premier bébé avant et après leur accouchement. Dans les hôpitaux, les médecins,sages femmes, infirmières sont souvent pressés et ne sont pas à l'écoute des mères par manque de temps. Les conseils qu'ils prodiguent sont souvent d'ordre technique.

Afin de réduire les frais hospitaliers, les gouvernements, socialistes pour l'essentiel, n'ont pas hésité à réduire les jours d'hospitalisation au détriment de la qualité et du suivi médical des patients.

Il faut savoir qu'aujourd'hui pour un accouchement sans problème, la mère reste hospitalisée 3 jours, et, en cas de césarienne, 5 jours.

Ce n'est pas suffisant. Les mères sont très fatiguées par leur accouchement, et l'allaitement ne pourra pas se réaliser par manque de conseils humains, pourtant cet acte est conseillé par tous les spécialistes.

Ce n'est pas étonnant que les mères recherchent un autre confort, elles ne sont pas des numéros...et elles ne sont pas toutes manipulées. Elles sont lucides et elles seules savent ce qui est le mieux pour leur enfant.

Il faudrait que les mères socialement défavorisées puissent aussi avoir accès à leurs services,

Dans certaines situations, la présence des « DOULAS » éviterait la congélation des bébés, et tant d'autres horreurs que la presse ne manque pas de nous rapporter trop souvent, hélas !

Mais un problème plus général se pose : SELON LES CRITERES DE LA MIVILUDES : SOMMES NOUS TOUS DES SECTES? Ou sommes nous sous influence ?

En parcourant l'article du monde daté du 18 juin 2008 différents éléments ont attiré mon attention.

 

Constat de l'Académie Nationale de médecine : Ils sont conscients de :

 

  • la modification de l'offre de soins en périnatalité » avec notamment la fermeture des petites maternités qui a abouti à un « éloignement des structures » non compensé par un renfort de personnel.

 

  • Des progrès médicaux ont engendré « une médicalisation considéré » comme excessive et mal supportée par certaines mères ».

 

  • Enfin, la sortie précoce de maternité « laisse les accouchées souvent seules et désemparées.

 

Conséquences de ces dysfonctionnements au sein du service public :

  • les mères ont dû chercher des solutions par elles mêmes et certaines d'entre elles ont fait appel aux « DOULAS ».

Malgré ce constat accablant, l'académie « sous influence de la MIVILUDES ? » n'hésite pas à remettre en cause cette association soutenue par des professionnels renommés : médecins, pédiatres, obstétriciens, sages femmes, psychologues....

 

Quelles sont les critiques apportées par la l'Académie ?

 

  • Ni sages-femmes ni médecins, ces femmes proposent aux parents un accompagnement non médical du début de la grossesse jusqu'aux suites de couches

  • Services payants

  • Les bénéficiaires de ces prestations sont les couples issus de la classe moyenne ou supérieure vivant en ville"

  • Tout comme les risques de "retard d'hospitalisation", d'"emprise", voire "de déviance plus ou moins sectaire"

Combien de mères ont été accompagnées ?

  • Cent trente-huit naissances auraient été ainsi accompagnées en 2006, parmi lesquelles 34 % auraient eu lieu à domicile.

Mes Réflexions :

J'ai vu différents reportages sur leur travail sur FRANCE 5 « les maternelles » une émission qui est sérieuse et je n'ai rien vu de sectaire.

  • Les couples qui ont fait appel à leurs services semblaient ravis de leurs prestations.

 

Questions à l'Académie de Médecine (sous influence de la MIVILUDES ?):

  • Qui est le commanditaire de ce rapport et qui sont les experts ?
  • Dans ce rapport nous n'avons pas de témoignages de ces couples qui ont bénéficié de ces expériences. Si c'est le cas, ce n'est pas stipulé dans l'article
  • Sur les 138 naissances est-ce que les bébés et les mères se portent bien ?

  • Est-ce qu'une famille a porté plainte contre une « DOULAS » pour la non-assistance à personne en danger ?

  • Est-ce que ces « DOULAS » perturbent l'ordre public ?

  • Qu'en pensent les couples qui ont bénéficié des prestations de ces « DOULAS »

 

L'académie se pose la question : Doit-on tolérer une profession fixant elle-même ses règles ?

Elle met en garde contre toute reconnaissance officielle de la formation et de la fonction des « DOULAS ».

 

L'académie ne leur donne aucune chance, puisque ces savants ne souhaitent pas la reconnaissance de leur statut.

 

Après renseignements pris, ces personnes ont subi une formation de 140 heures au minimum autour de la périnatalité.

 

J'ai appris également, que le Conseil d'Ordre des Saches Femmes ont exclues les «DOULAS » et refusent de leur prodiguer de la formation.

 

Les responsables de l'Association des « DOULAS » demandent au Ministère du Travail et au Ministère de la Santé la reconnaissance de leur statut de « DOULAS »

 

La MIVILUDES a refusé de rencontrer les professionnels ainsi que les adhérents de cette association, malgré leurs demandes réitérées.

 

Pourquoi ne pas les rencontrer et accepter la reconnaissance de ce nouveau métier.

 

Sous quels critères la MIVILUDES suspecte « DOULAS » ?

 

  • Parce que les «DOULAS » sont rémunérées et n'ont pas de diplômes institutionnels

 

Mais ces deux faits ne sont pas synonymes de déviance sectaire et tout travail, mérite salaire.

 

Mais,à propos de diplômes et de légitimité, il n'existe pas de diplôme pour pouvoir s'occuper de sectes, la MILVILUDES est subventionnée– donc rémunérée. La MIVILUDES serait-elle une secte ?

 

LE CRI du journal du Contribuable a attiré notre attention concernant les subventions attribuées à ces associations et juge que cette lutte anti sectes donne lieu à une utilisation pour le moins abusive des fonds publics :  http://www.contribuables.org/

 

- UNADFI en 2005 : 368.373

- CCMM en2001 : 197.572

- CCMM en 2006 : 700.000 par le Premier Ministre

- FECRIS en 2006 : 50.000

 

SOIT UN MONTANT TOTAL 1.316,945 EUROS

 

Ne trouvez-vous pas indécent, le montant EXHORBITANT des subventions de ces organisations en sachant que la sécurité sociale a un déficit actuel de 8,9 milliards d'euros en 2008. (Source le monde du 19/06/08) et les personnes qui souffrent d'une pathologie prises à 100 % par la sécurité sociale, ne sont pas sûres du maintien de cette clause.

 

Je donne une piste de réflexion pour récupérer de l'argent pour combler le déficit de la sécurité sociale :

 

  • Contrôler toutes les associations subventionnées par l'état et demander des comptes certifiées afin de démontrer leur bonne gestion et santé financière.

 

  • Retirons les subventions à toutes celles qui utilisent les finances publiques dans des actions qui ne sont pas stipulées dans leurs statuts,ou qui sont utilisées à des fins personnelles.

 

  • En cas de poursuites judiciaires, nous demandons que les présidents de ces organisations payent eux mêmes les frais de justice quant leur responsabilité est engagée.

 

Je souhaite que le gouvernement laisse les personnes choisir leur praticien.

 

Un agrément de l'Etat n'a jamais protégé les français des sectes. Ce n'est qu'un leurre !. Elles s'infiltrent partout, enfin si on en croit Charline.

 Maria PAOLETTI

24/06/2008

¨MIVILUDES - DERIVES SECTAIRES

Malheureusement, il manque le volet : comment prendre en charge les victimes des dérapages des ADFI

MP

PARIS, 24 juin 2008 (AFP) - Dérives sectaires: Un guide pratique destiné aux collectivités territoriales

La Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) publie mardi un guide pratique destiné aux agents des collectivités territoriales pour les aider à déceler le risque sectaire et à y faire face.

Ce guide de quelque 150 pages rappelle d'emblée le "principe fondamental" de la liberté de pensée de conscience et de religion. Il explique ensuite le mécanisme de la dérive sectaire (séduction, mise en état de sujétion, isolement) et décrit les possibles dérives dans les divers domaines relevant des compétences des collectivités territoriales (culture, éducation, ordre public, cultes, etc).

Pour chaque domaine, il donne les outils juridiques, pour protéger les éventuelles victimes, étayer toute décision et ne pas risquer de poursuites judiciaires de la part de mouvements ou associations visés.

L'objet du guide, résume le président de la Miviludes Jean-Michel Roulet est de "donner des recettes pour se défendre, alerter sur les dangers, informer sur la jurisprudence". Son but est d'aider les fonctionnaires à protéger les éventuelles victimes mais aussi à éviter de consacrer de l'argent public à des activités susceptibles de dérives sectaires.

Il est destiné aux maires, aux associations de formation de fonctionnaires et aux agents des collectivités locales de plus de 10.000 habitants.

Ce document est publié en association avec l'AMF (Association des maires de France). Il est disponible à partir du 24 juin sur le site de la Miviludes (www.miviludes.gouv.fr), en librairie ou auprès de la Documentation française (18 EUR).

La Miviludes publie chaque année son rapport d'activité et produit régulièrement des guides thématiques; les derniers concernaient le satanisme et le risque sectaire en entreprise. Le prochain sera consacré à l'éducation à domicile.

22/06/2008

DES NOUVELLES DE L'INQUISITION MODERNE

 L'association « LA RUMEUR TUE » s'est constituée en association le 30 mars 2008, afin de regrouper toutes les personnes victimes de rumeur et, plus particulièrement, à l'accusation d'appartenir à une secte ou à un mouvement déviant.

Savez vous que nous ne « chômons » pas afin de vous rapporter les rumeurs que ces associations anti-sectes colporte. Ces inquisiteurs, ces policiers de la pensée, veulent se substituer aux tribunaux de notre république.

Depuis cette date voici les évènements que nous avons suivis :

  • La plainte du couple MICHELANA qui a été classé sans suite par le tribunal le 2 mai 2008

  • L'AMORC qui vient d'être réhabilitée au bout de 9 ans
  • En mai 2008 le tribunal vient de condamner une des salariés de l'ADFI des 2 Savoie et de l'Isère pour diffamation envers un mouvement « La Fraternité Blanche Universelle » 5sOURCE Blog de M. Pierre du Barreau)

Dans ces affaires, le secret s'impose. Rien n'est diffusé ni dans la presse, ni sur les sites Internet...

D'autres affaires sont en cours dont :

  • la mise en examen en 2007 de Monsieur ROULET, Président de la MIVILUDES et de divers journalistes pour diffamation
  • Nous attendons également le résultat de l'enquête de la Cour des Comptes concernant ceux de la MIVILUDES et de l'UNADFI

CITOYENS SAVEZ VOUS COMMENT NOTRE ARGENT EST GASPILLE ?

LE CRI du journal du Contribuable nous présente la note « salée » et juge que cette lutte anti sectes donne lieu à une utilisation pour le moins abusive des fonds publics :  http://www.contribuables.org/

  • La Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) emploie treize personnes, qui font chaque année de nombreux voyages à l’étranger ; son comité de pilotage compte 26 personnes ; elle a organisé 70 sessions de formation pour la seule année 2005.

    L’Unadfi (Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu) a bénéficié, en 2005, de subventions ministérielles s’élevant à 368.373 euros.

    Le CCMM (Centre contre les manipulations mentales) , a touché, en 2001, 197.572 euros de subventions ministérielles, auxquelles s’ajoutent 700.000 euros venant du premier ministre.

  • La Fecris (Fédération européenne des centres de recherche et d’information sur le sectarisme), association européenne uniquement financée par la France en 2005, a reçu 50.000 euros de subvention du premier ministre en 2006 (derniers chiffres disponibles).

 

Tout ce gaspillage pour défendre quelle cause ? Nos inquisiteurs affirment haut et fort que les sectes sont responsables de disparition d'enfants, des meurtres, de la manipulation mentale ... mais sans aucune preuve réelle et sérieuse.

Il faudrait simplement se poser la question:Notre société n'est elle pas malade ?

Depuis plus de 30 ans, ces inquisiteurs sont incapables de définir le mot « secte »

Qu’est ce qu’une secte ? D'après Le Cri du Contribuable

« Bonne question. Chacun sa définition. La loi française n’en a pas.
Comment une République comme la nôtre, étrangère à toute transcendance et qui s’en vante, pourrait-elle faire la différence entre secte et religion ?

De fait, certains confondent allègrement les deux. Jean-Pierre Brard, par exemple. Le député communiste de Seine-Saint-Denis ne perd pas une occasion de faire entendre un son de cloche laïcard, anticlérical… et totalement sectaire. « Il faut une loi antisectes inspirée de la loi de 1936 contre les ligues factieuses, s’exclamait-il dans 93 Hebdo du 14 août 1997.

Ce nouveau texte préconiserait l’interdiction pure et simple des sectes ».
On pourrait aussi interdire les partis non communistes et fermer les couvents, ce serait plus sûr.

Mais, là encore, qu’est ce qu’une secte ? Catherine Picard, présidente de l’Unadfi, le reconnaît elle-même :
« Nous avons, en accord avec l’ensemble des parlementaires qui travaillent sur le sujet, décidé de dire qu’il ne faut pas définir.
Parce que la définition du terme secte, qui en France, n’est pas défini juridiquement, permettrait aux mouvements sectaires de sortir du cadre de la définition ».

Et la liste des sectes à Laquelle se réfèrent hommes politiques et médias ? « Tous les chercheurs, sans exception, je dis bien tous, quelles que soient leur appartenance partisane ou leurs opinions politiques, tous les spécialistes du religieux sont d’accord depuis trente ans pour dire que les listings établis par les commissions parlementaires ainsi que les prétendues enquêtes des missions interministérielles sont fantaisistes  »,
écrit dans Le Monde Raphaël Logier, directeur de l’Observatoire du religieux

Comme déjà annoncé auparavant sur ce même site, toutes ces dames « en col blanc » vont devoir chercher d'autres calomnies, sur d'autres sujets, et cette fois-ci, sans aucune subvention.

Le Parlement Européen le 8 mai 2008, au cours d'un vote a rejeté par 316 voix l'amendement n°3 à la résolution dite d'Alexander STUBB qui visait à réglementer et à donner toute la transparence aux activités des Lobbies, au sein des institutions européennes en général et au sein du Parlement Européen en particulier.

Cet amendement visait à inclure explicitement dans la liste des associations à considérer comme Lobby – les organisations représentant les églises, les organisations philosophiques et non-confessionnelles – Cet amendement a été rejeté par 316 députés sur 785 – 117 l'ont soutenu – 125 se sont abstenus.

Cet amendement a eu pour effet de considérer les églises comme des partenaires et non plus comme des Lobbystes ».

Cette résolution est visible sur le site du parlement européen.

Madame Charline DELPORTE se vantait lors de son audition à l'assemblée nationale de pouvoir tapisser sa chambre des significations d'huissiers adressés aux « sectes ». Il va falloir qu'elle investisse, de ses propres deniers, dans des travaux de décoration : sa croisade est terminée.

Madame Catherine PICARD, cherchera un autre outil de propagande pour sa prochaine campagne électorale.

En attendant, les personnes, comme moi et tant d'autres, qui ont été victimes de leurs rumeurs devront vivre avec ses cicatrices.

Une telle erreur est difficile à réparer, surtout si ces inquisitrices sont sûrs de leur croisade.

Il va falloir des années, pour effacer ces accusations infondées relayées par la presse en une seule journée.

 

MP

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu