Avertir le modérateur

12/04/2008

EDGAR MORIN "LA RUMEUR D'ORLEANS"

HISTOIRE D’UNE RUMEUR D’EDGAR MORIN

Extraits du livre « La Rumeur d’Orléans » page 17

En mai 1969 naît, se répand et se déploie à Orléans, le bruit qu’un, puis deux, puis six magasins d’habillement féminin du centre de la ville organisent la traite des Blanches. Les jeunes filles sont droguées par piqûre dans les salons d’essayage, puis déposées dans les caves, d’où elles sont évacuées de nuit vers des lieux de prostitution exotique. Les magasins incriminés sont tenus par des commerçants juifs.

Il s’agit là d’une rumeur à l’état pur. Pur à double titre :

a)       il n’y a aucune disposition dans la ville, et plus largement aucun fait qui puisse servir de point de départ ou d’appui à la rumeur

b)       l’information circule toujours de bouche à oreille, en dehors de la presse, de l’affiche, membre du tract ou du graffiti.

L’ARRIERE-FOND ET L’ORIGINE

Une rapide prospection nous révèle que ni le thème salon d’essayage-traite des Blanches, ni la mise en cause de commerçants juifs ne sont originaires d’Orléans.

Le salon d’essayage piégé

On trouve le thème du salon d’essayage piégé, antichambre clandestine du mystère et du danger, dans les basses eaux de la culture de masse, d’une part dans l’univers de la fiction à bon marché, d’autre part dans le journalisme à sensation.

Dans la première catégorie citons Un couvent dans le vent par Maz (collection, Mystère-Espionnage, Presse de la Cité, 4ème trimestre 1968) qui narre une des aventures de Shhérazade, superbe rousse et agent secret britannique. D’innocentes clientes subissent l’action d’un gaz hypnotique dans le sallon d’essayage de la boutique Véronique à Piccadilly ; un mur coulissant s’ouvre sur un laboratoire secret où on les dépouille à la fois de leurs sous-vêtements, de leur conscience et de leur identité.

Dans la seconde catégorie, il semble qu’il y ait à la source des informations de presse sur une ou plusieurs affaires de trafiquants démasqués, qui auraient fourni comme le ou les modèles de scénarios imaginaires, dont celui d’Orléans. Nous n’avons pas eu le loisir d’effectuer une enquête rétrospective Dans ce sens, mais comme nous discutons de notre recherche, au moment où nous corrigeons ce manuscrit, avec notre amie Annette Roger, celle-ci évoqua un souvenir. Incarcérée à la prison des femmes de Marseille en 1959 pour soutien au F.L.N. algérien, elle y avait connu une détenue, condamnée pour complicité dans une affaire de traite des Blanches. Une jeune fille avait été droguée pendant qu’elle essayait un corset dans la boutique de deux vieilles commerçantes de la rue Saint Ferréol. Son fiancé, qui s’impatientait au dehors, était entré, et, devant le trouble des commerçantes, avait vérifié l’arrière-boutique où il avait trouvé la jeune fille sans connaissance. Le milieu des trafiquants marseillais…..

Je ne peux retranscrire le livre entier. Je vous conseille de vous le procurer afin de connaître cette histoire qui ressemble beaucoup aux histoires des rumeurs qui éclaboussent beaucoup tous les gens qui sont liés de prés ou de loin.

D’autres passages du livre seront publiés ultérieurement…

11/04/2008

Audition de Monsieur Jean-Yves DUPUS - Inspecteur Général du Ministère de l'Education Nationale

COMMISSION D'ENQUETE PARLEMENTAIRE

 Ministèrre de l'Education Nationale

Audition de Monsieur Jean-Yves DUPUIS, Inspecteur Général en octobre 2006

En prévision de notre audition par votre commission d'enquête, nous avons procédé très rapidement à une enquête auprès de tous les inspecteurs d'académie. Durant l'année écoulée, les inspecteurs d'académie ou les recteurs ont procédé à 19 000 signalements aux procureurs de la République, concernant des enfants qu'on estimait être en danger, pour diverses raisons.

Lorsque nous avons demandé aux inspecteurs d'académie quels étaient parmi ces enfants en danger, ceux qui l'étaient à cause de mouvements sectaires, ils nous ont répondu qu'il y en avait huit.

Ces informations sont sur le rapport n°3507 à la Présidence de l'Assemblée Nationale le 12 décembre 2006.

Le rapport DE LA miviludes annonce 86.000 enfants embrigadés dans les sectes.

Je souhaite savoir comment leurs enquêtes ont pu déterminer un chiffre aussi important ?

 

LA PRIORITE

 

Militante bénévole, depuis une dizaine d'années pour une école capable d'accueillir tous les enfants je rencontre des parents et aussi beaucoup d'enfants et adolescents qui témoignent de violences scolaires.

Selon les sources données par l'Education Nationale (SIGNA) il y a :

un fait grave toutes les 6 minutes.

En 2005/2006, 82 007 faits graves ont été recensés.

 

 

 

 

 

10/04/2008

Edgar MORIN : "Il n'y a pas de fumée sans feu... d'Edgar MORIN"

(«Il n’y a pas de fumée sans feu») peut nous faire délirer et que l’affaire d’Orléans est «un aspect du Moyen-Age».

L'association « LA RUMEUR TUE !» souhaite attirer l'attention à nos nombreux internautes, et peut-être des victimes comment une rumeur peut-elle se créer et l'amplifier.

Pour cela, nous vous suggérons de lire la Rumeur d'Orléans de Monsieur Morin Edgar.

Qui est Monsieur Edgar Morin ?

Monsieur Edgar Morin est l'un des penseurs français les plus importants de son époque, directeur de recherche émérite au CNRS, philosophe, anthropolo-sociologue, il est né à Paris le 8 juillet 1921.

Il a écrit plus d'une trentaine d'ouvrages dont celui la rumeur d'Orléans et a obtenu de nombreux prix. Commandeur de l'ordre des Arts et Lettres, officier de la Légion d'Honneur.

Vous pouvez le découvrir sur de nombreux sites d'internet, je vous recommande vivement de vous procurer son ouvrage : La rumeur d'Orléans, Le Seuil, Paris, 1969.

J'ai acheté hier le livre et j'ai commencé à le lire. Il est passionnant.

Au fil des jours, je vous citerai quelques passages pour vous faire découvrir cet ouvrage.

En attendant, selon Monsieur MORIN la rumeur se définit comme une histoire, un bruit qui court, se présentant comme authentique. Elle est faite de telle sorte qu'on a envie de la répéter sans la vérifier, bien qu'elle ne soit pas forcément fausse. Son origine et sa véracité demeurent cependant incertaine....

Selon Monsieur MORIN? ce mythe puissant est chargé d’une « richesse sociologique »  car son parcours nous apprend comment la crédulité peut dérégler une population, comment la culture de masse qui touche la jeunesse influence les adultes, à quel point nous ignorons les adolescentes modernes, la défaillance du système d’alerte de la Polis, que l’intelligentsia est en crise, l’urbanisation catalyse nos angoisses et l’individualisme, le besoin de trouver un coupable (« il n’y a pas de fumée sans feu ») peut nous faire délirer et que l’affaire d’Orléans est « un aspect du Moyen-Age ».

J'ai commercé à recevoir des témoignages, merci de votre confiance...

Maria PAOLETTI

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu